Extrait de la Chanson de Roland

(vers 1080)



Fin

Aude la belle à sa fin est allée  Alde la bele est a sa fin alee


Aude la belle à sa fin est allée

Modernisation du texte par Maurice des Ulis (l'original suit)
L[e] empereur est revenu d'Espagne
Et vient à Aix, au meilleur trôn(e) de France.
(Il) monte au palais, et rentre dans la salle.
Aud(e) vient à lui, une belle dam(oi)selle,
Qui dit au roi : "Où est Roll(and) le cap(i)taine
Qui a juré pour pair(*) de me prendre ?" (* compagne)
Charles en a et douleur et chagrin.
Pleurant des yeux, tirant sa barbe blanche :
"Soeur, chère amie, un homm(e) mort (tu) me demandes.
Je t'en donn(e)rai très fortement échange,
Ce sera Louis, je ne sais mieux parler,
Il est mon fils, ainsi (il) tiendra mes marches(*)" (* terres)
Aude répond : "Cette offre m'est étrange,
Ne plaise à Dieu, ni ses saints, ni ses anges
Qu'après Rolland je ne survive encore !"
(Elle) perd sa couleur, tombe aux pieds (de) Charlemagne.
Déjà (elle) est mort(e), Dieu ait pitié de (son) âme.
(Les) Barons français en pleur(ent) et (au)ssi la plaignent.
Aude la belle à sa fin est allée.
Le roi croyant qu'elle n'est qu'évanouie
En a pitié, et (il) pleure l'empereur.
(Il) lui prend les mains et ainsi la relève :
Sur les épaul(e)s (elle) a la tête inclinée.
Quand Charles voit que morte il l'a trouvée
Quatre comtess(e)s aussitôt (il) a (de)mandées,
A un mon(a)stèr(e) de nonnes (elle) est portée.
(On la) veille la nuit jusqu'au lever du jour,
(Le) long d'un autel bellement on l'enterre.
De grands honneurs le roi lui a rendus.

Début  | Fin  || Original


Alde la bele est a sa fin alee

Version originale (l'interprétation précède)
Li emperes est repairet d'Espaigne
E vient a Ais al meillor sied de France
Muntet el palais, est venut en la sale.
As li Alde venue une bele damisele
Co dist al rei "O est Roll le catanie
Ki me jurat cume sa per a prendre."
Carl en ad e dulor et pesance,
Pluret des oilz, tiret sa barbe blance,
"Soer cher amie de hume mort me demandes.
Jo t'en durai mult esforcet eschange,
Co est Loewis, mielz ne sai a parler,
Il est mes filz, e si tendrat mes marches."
Alde respunt, "Cest mot mei est estrange.
No place Deu ne ses seinz ne ses angles,
Apres Roll que jo vive remaigne."
Pert la culor, chet as piez Carlemagne,
Sempres est morte, Deus ait mercit de l'anme.
Franceis barons en plurent, e si la pleignent.
Alde la bele est a sa fin alee.
Quidet li reis, que el se seit pasmee,
Pitet en ad, sin pluret l'emperere,
Prent la as mains, si l'en ad relevee,
Desur les espalles as la teste clinee.
Quant Carl veit, que morte l'ad truvee,
Quatre cuntesses sempres i ad mandees,
A un muster de nuneins est portee.
La noit la guaitent entresqu'a l'ajurnee,
Lunc un alter belement l'enterrerent.
Mult grant honor i ad li reis dunee.

Début  | Fin  || Interprétation



Début  |  Présentation