Les poèmes de Maurice des Ulis

Mars 1998



Fin

Blonde ou brune ?  Penser inquiet
L'impossible été 


Blonde ou brune ?

Pourquoi n'aimer que l'une
Au milieu de la ronde
Si quand revient la brune
Je n'attends que la blonde ?

Si je pleure à la lune,
Soupirant pour la blonde,
Je me pends à la brune
Que mes sanglots inondent.

Ou parcourant les ondes
Pour retrouver la brune
C'est chaque fois la blonde
Que je vois sur la dune.

Les amours moribondes
Que mon âme importune
En mon coeur vagabondent...
Mais il n'en reste aucune.

Début | Fin


Penser inquiet

L'âme et le corps en paix
Nous rêvons tous les deux
Au monde radieux
Que l'avenir promet.

Mais un penser inquiet
Vient rendre soucieux
Ce moment délicieux
Et de si doux projets :

Aujourd'hui la tendresse
Et ses mille caresses
Nous fait tout oublier,

Mais demain la rudesse
De trop de maladresse
Va-t-elle nous séparer ?

Début | Fin


L'impossible été

L'automne part à tire d'ailes
Et tristement mes pas me portent
Où s'en vont tant de feuilles mortes
Que longuement le vent harcèle.

Tous les amours qui s'amoncellent
En petits tas devant ma porte
Sont souvenirs que vent emporte
Me laissant seul sous la tonnelle.

Bravant le vent et la froidure
Et sachant bien que rien ne dure
Je rêve à l'impossible été.

Je voudrais tant que ma ramure
En retrouvant de sa verdure
Me laisse encor le temps d'aimer.

Début | Fin



Début  |  Mois précédent  |  Mois suivant  |  Présentation  |  Copyright